Collecte et valorisation de biodéchets
Aménagements écologiques
Lombriculture & lombricompostage

Lombriculture & lombricompostage

Qu’est-ce que la lombriculture ?

La lombriculture (ou vermiculture) consiste à élever des vers de terre pour différents usages : le lombricompostage, la pêche ou encore la restauration de sol.
Terrestris élève essentiellement des vers épigés (de surface) tel que les Eisenia fetida afin de valoriser diverses matières organiques et d’ouvrir de nouvelle plateforme de valorisation, restaurer des sols dégradés ou encore commercialiser des litière de vers  pour démarrer des lombricomposteurs particuliers ou collectifs.

Qu’est-ce que le lombricompostage ?

Le lombricompostage (ou vermicompostage) est un processus contrôlé de décomposition de la matière organique qui a pour objectif final de produire un amendement  : le lombricompost  permettant d’augmenter la fertilité du sol (Doan et al., 2015).
La différence majeure avec le compostage est l’utilisation de vers de terre pour aider et accélérer le processus de stabilisation des déchets (Lim et al., 2016). Les vers de terre utilisé sont généralement des épigés (qui vivent naturellement dans la litière) car ils se reproduisent vite et consomment une grande quantité de matière organique (Blouin et al., 2013; Bouché and Lavelle, 2014).
Pour respecter le cycle de vie des vers et optimiser le processus de lombricompostage, certaines règles doivent être suivies.
Par exemple il est nécessaire d’apporter autant de matières d’origines azotées (épluchures, restes de fruits et légumes, etc…) que de matières d’origines carbonées (déchets d’espaces vert, cartons, etc…) (Yadav et Garg, 2011).

Avantages de la technique du lombricompostage :

Réduction des déchets

Le lombricompostage est une technique agricole qui est particulièrement efficace sur la valorisation de fumier (Munroe, 2004) mais qui peut également se décliner en milieu urbain collectif ou individuel et pour toutes les typologies de déchets organiques. Actuellement, un des enjeux prioritaire de la gestion des déchets est de détourner cette fraction fermentiscible des incinérateurs et des sites d’enfouissements. En effet ceux-ci représentent plus de 30% des ordures ménagères des particuliers et plus de 50% des déchets produits par les restaurateurs (ADEME, 2017). Pour valoriser la matière organique urbaine, la technique du lombricompostage est une alternative durable qui permet une transformation de ces déchets en un produit homogène : le lombricompost. Celui-ci directement utilisable sur les sols urbains, agricoles ou pour les projets de restauration (Ngo et al., 2011).

Technique la plus adaptée aux milieux urbains

En ville, les enjeux sanitaires sont élevés et les désagréments que peuvent amener la dégradation non contrôlé de la matière organique est importante. Ainsi, le lombricompostage reste la solution la plus adaptée en ville car, grâce à son processus contrôlé de dégradation de la matière par l’action des vers, la transformation n’émet pas d’odeur et ne nécessite pas de retournement.

Réduction des gaz à effets de serres (GES)

Le lombricomptage est déclinable sur plusieurs échelles ce qui permet de valoriser la matière sur place et induit une réduction des transport et de la pollution engendré. De plus, le processus de lombricompostage est tempéré ce qui diminue l’émission de GES contrairement à d’autres techniques tel que le compostage. Selon les récentes études de l’analyse du cycle de vie (ACV) de la gestion des biodéchets, le potentiel de réchauffement global sur 100 ans (PRG) du lombricompostage (17,7 kg eq.CO2 / tonnes de biodéchets) est 78 % moins important que le compostage classique (80,9 kg eq.CO2 / tonnes de biodéchets) (Komakech et al., 2015).

Production de lombricompost 

Qu’est-ce que le lombricompost ?

Le lombricompost (ou vermicompost) est un amendement de très haute qualité issu du processus de lombricompostage . Les recherches effectuées sur le lombricompost montrent qu’il apporte de nombreux bienfaits sur :

Le maintien ou l’augmentation de la fertilité des sols au niveau :

  • Biologique : le lombricompost est jusqu’à 1000 fois plus actif que le compost classique sur le plan de l’activité microbienne (Edwards, 1999).
  • Chimique : maintien d’un pH neutre, augmentation de la conductivité électrique et de la teneur en carbone organique (Lim, 2014)
  • Physique : améliore l’aération et la porosité du sol, sa densité apparente et sa capacité de rétention en eau (Lim, 2014)

La capacité à stimuler la croissance des végétaux et la productivité des plantes du semis à la culture en champ de manière plus importante qu’avec l’apport d’engrais minéraux (Adhikary, 2012 ; Canellas et al., 2002).

La teneur en éléments nutritifs directement assimilables par les plantes (Phosphore, Potassium, Magnésium et Azote) est supérieur dans le lombricompost que dans le compost classique (Hammermeister, 2004 ; Atiyeh et al., 2000; Jouquet et al., 2011).

La capacité à renforcer la défense des plantes contre les maladies grâce aux teneurs élevées en microorganismes qui concurrencent les organismes pathogènes (champignons et nématodes parasites par exemple) sur le plan des ressources tout en bloquant également leur accès aux racines par une occupation des sites disponibles. (Simsek-Ersahin, 2011 ; Edwards and Arancon, 2004).

Pour en savoir plus contactez-nous : Contact Terrestris